Avertir le modérateur

29/03/2010

Travailleurs privés d'emploi, abandonnez tout espoir !

lèche cul.jpgVous êtes trop sûr de vous, pas assez sûr de vous, trop calculateur, pas assez d'expérience, trop d'expérience, pas assez motivé, j'ai pas confiance, je ne le sens pas, vous ne voulez pas être le meilleur, vous n'avez pas l'esprit d'équipe, j'ai de mauvaises impressions, vous n'êtes pas allé sur notre site internet pour voir ce qu'on recherche, vous ne correspondez pas à l'esprit de l'entreprise...

 

Passer des entretiens d'embauche pour qu'un parfait inconnu établisse en trois quarts d'heure le profil d'un parfait inconnu, afin de juger sa capacité à s'intégrer dans l'entreprise : c'est ça la recherche d'emploi ? Se vendre comme si on était une marchandise pour s'assurer d'être pris à la place d'un autre candidat : c'est ça être chercheur d'emploi ? Comment on fait lorsque chaque boîte a ses propres valeurs, lorsque ce qui plait à une boite déplait à une autre ? Lorsqu'on n'est pas devin et qu'on ne sait pas ce qui peut peser dans le choix de l'évaluateur ?

Mais qui suis-je, moi, pour être jugé ?

Un putain d'étudiant qui a besoin d'un putain de revenu pour payer son putain de loyer et ses putains de factures. Car, sans ça, ce sera plus difficile pour moi de poursuivre des études dans l'enseignement supérieur. Et au-delà des aspets  émancipation individuelle/sens critique recherchés à travers ces études, le débouché est déterminant pour le reste de ma vie sociale et professionnelle.

Un putain de lycéen qui a besoin d'un putain de revenu pour aider la famille à payer son putain de loyer et ses putains de factures. Car, sans ça, le frigo sera vide, on nous mettra en interdit bancaire, on nous foutra à la porte, et je ne pourrais pas financer mes études supérieures.

crève charogne.jpgUn putain de chômeur qui a besoin d'un putain de revenu rapidement parce que je vais bientôt me retrouver en fin de droit. Car, sans ce revenu, je serais un RSArd et je vais me retrouver à la rue, à faire la manche et à me faire railler, vilipender, insulter, chercher des noises  et répulser par la police, soit disant pour la sécurité et la tranquillité des habitants ; c'est important la tranquillité des habitants. Plus en tout cas que la tranquillité de ceux qui n'habitent pas...

Je suis un putain d'être humain, qui a besoin d'un putain de  revenu pour vivre, pour faire vivre ma famille, manger à ma faim, boire à ma soif, jouir (sans entrave) de loisirs et de vacances. Je suis un être humain, qui aimerait être respecté en tant que tel ; qui ne veut pas qu'on se serve de lui comme une variable d'ajustement, pour que des employeurs ne recrutent dans les entreprises que les éléments les plus dociles ; qui ne veut pas se vendre parce qu'il n'est pas un objet qu'on peut trier, comme ça, pour être sûr qu'il n'y aura que les meilleurs dans la boîte, parce qu'il n'y a pas d'être humain meilleurs ou plus utile que l'autre. Et c'est à l'entreprise que va la charge de la formation professionnelle.

"Qu'est-ce qui vous plait, chez nous ?"

Qu'est-ce qu'on en a à foutre de ton entreprise ? McDo, Décathlon, Carrefour, le comptoir de mon cul sur la comode... on s'en branle ! On veut juste un revenu. Et malheureusement il n'y a que le salariat qui peut nous en filer un, pour le moment. Et si par miracle, on est embauché dans une boîte qui a des valeurs sociales, qui a des conventions collectives conséquentes, dont la qualité et l'utilité des produits est incontestable, alors super : on en sera ravi ! Mais, il ne faut pas nous demander d'aimer l'entreprise et d'adopter l'esprit de l'entreprise. Parce que personne n'a à nous dire ce qu'on doit aimer ou pas : ça relève de la liberté d'opinion. Ou alors, les valeurs conservatrices et de droite de TF1 l'autorise à virer un salarié (ou à ne pas embaucher quelqu'un) sous prétexte qu'il ne correspondrait pas à ces valeurs...

 

du fric enfin !.jpg

Et puis, restons un peu terre-à-terre :

t'es qui, toi, pour me juger ?

 

Teddy Francisot.

11/03/2010

Elections régionales : votez La Gauche Vraiment !

Ce dimanche 14 mars, aura lieu les élections régionales. Et le Pays de Loire est l'une des trois régions ou la gauche antilibérale et anticapitaliste sont unis dans cette campagne.

bandeau multiparti.jpgSur l'échiquier électoral, il y a, à gauche, trois pôles qui aspirent à l'hégémonie. Le PS, les Verts, et la gauche radicale. Et concernant la gauche radicale, la première étape pour pouvoir aspirer à cette hégémonie, c'est de s'unir. Ce qui n'est pas chose aisée entre le PCF et le NPA, notamment en raison de querelles historiques d'une partie des militants. Cependant, au prix de discussions très nombreuses et de compromis importants en Pays de Loire (PCF anti-aéroport ; NPA n'intègre pas l'exécutif, mais accepte de faire union avec ceux qui le feront), l'unité a pu se faire. Et voter pour cette liste (tous ensemble, la gauche vraiment), c'est marquer son soutien à l'unité.

Au second tour, il y aura une fusion technique avec la liste du PS. Dépasser les cinq pourcent nous permet d'avoir des élus au conseil régional. Mais uniquement si nous fusionnons avec une liste qui a obtenu plus de 10%. Notre représentation sera proportionnelle aux voix récoltées. Mais la fusion technique se différencie de la fusion politique car les élus de la liste n'intégrerons pas l'exécutif dominé par le PS (C'est certain pour le NPA, mais ça l'est moins pour le PG, les Alernatifs et le PCF). Le NPA estime qu'on peut faire fléchir le PS en faisant le relais entre les luttes de classe et les interventions en tribune, alors que d'autres estiment qu'on peut les faire fléchir en débattant au sein des exécutifs (les deux ont des exemples équivalents dans les différentes régions, notamment sur la gratuité des transports). Au NPA, il n'est pas question de partager le bilan d'une mandature avec le PS.

bandeau la gauche vraiment.jpgAu final, il s'agit de montrer qu'une autre politique est possible que celle menée par le PS et la droite. Donner plus de subventions à n'importe quelles entreprises ne protègera pas l'emploi. Les entreprises qui s'implantent sur la région le font d'abord pour des raisons matérielles. Donner plus de subventions aux écoles privées prive les écoles publics de personnels et de matériels et les empêche de garantir l'égalité. Ca empêche notamment la construction d'un lycée public à Beaupréau, obligeant ainsi la population à inscrire leurs enfants dans le privé, ou dans un établissement publics à plusieurs dizaines de kms. Cet argent en moins pour les entreprises (et pour l'aéroport NDDL qu'on ne construirait pas) permet de récupérer des fonds pour financer les grèves des travailleurs en lutte, la gratuité pour une partie de la population dans les transports publics, l'aide publique aux associations et aux artisans et petit commerçants qui font vivre les quartiers... C'est pas grand chose, puisque c'est équivalent aux compétences des régions, mais c'est déjà pas mal. Voter pour la liste, c'est soutenir ce projet alternatif qui, même s'il ne sera pas appliqué, puisqu'on gagnera pas, mérite d'être soutenu.

En résumé :

1) En attendant la révolution (pour laquelle on continue à préparer le terrain dans nos syndicats), mieux vaut que ce soit la gauche qui gouverne

2) Comme le parti socialiste est de droite, c'est mieux que ce soit une gauche de gauche qui gouverne

3) Voter "Tous Ensemble, La Gauche Vraiment", c'est appeler à l'union des partis antilibéraux et anticapitalistes pour dépasser l'hégémonie du PS chez les électeurs de gauche

4) Comme nous ne sommes unis que dans 3 région, les résultats de la liste en Pays de Loire vont être observés à la loupe. Donc, il faut montrer à toutes les orgas que c'est ensemble qu'on y arrivera.

VOTEZ TOUS ENSEMBLE LA GAUCHE VRAIMENT !

 

Teddy Francisot.

05/03/2010

Elections étudiantes : Votez SUD étudiant !

Ce mois-ci, il y aura deux sortes d'élections étudiantes : les élections universitaires (conseils d'administration, conseil des études et de la vie universitaire, etc... = conseils centraux ) les mardi 9 et mercredi 10 mars à Nantes, et les élections au CROUS (centre régional qui gère les RU et cafètes, les logements universitaires, les bourses etc...) le jeudi 25 mars.

Aux conseils centraux, on valide les maquettes d'enseignement préparés par les UFR (les différentes facultés), on vote le budget à partir duquel on peut lancer des initiatives pour améliorer le quotidien des étudiants (une cafète en plus, des fonds pour les assos etc...). Mais, concernant les maquettes, l'université propose et le ministère dispose. Et il est évident qu'il est opéré un contrôle idéologique marqué par le culte de l'entreprise. C'est d'ailleurs pourquoi le ministère impose le filtre des intervenants extérieurs (souvent des représentants du patronat) au sein de ces conseils. Bien souvent, et vu ce que les représentants étudiants représentent, si le conseil adopte des mesures en faveur des étudiants, ce sera bien malgré eux. Et même si, franchement, ils sont à l'initiative, ce sera toujours dérisoire par rapport à ce qu'on est en droit d'attendre de l'université.

logo sud couleur.jpgSUD étudiant a une haute idée de ce que devrait être le statut d'étudiant. On ne cherche pas simplement à plaire à la majorité des étudiants. Il s'agit de donner un sens au service public de l'enseignement supérieur. Est-ce que c'est normal que quand on valide sa L1 à Rennes, on ne puisse pas passer automatiquement en L2 à Nantes, sans passer par des pseudos équivalences ? Est-ce que c'est normal que pour les étudiants étrangers, une carte d'étudiant ne vaille pas titre de séjour ? Est-ce que c'est normal qu'à Paris-Dauphine l'accès au master soit entre 2500 et 4000€, et que tous les services publics, dont l'université ne soient pas gratuits (la question de l'augmentation des revenus est forcément moins centrale lorsque les services publics sont gratuits) ? Est-ce que c'est normal que l'accès à l'université ne soit pas ouvert aux non-bacheliers alors que la réussite ne dépend absolument pas du Bac ? Est-ce que c'est normal que chaque année la sécu étudiante soit plus cher mais qu'on soit de plus en plus déremboursés ? Est-ce que c'est normal que l'Etat se désengage financièrement, supprime des postes et procède à la privatisation de l'université ?

ouvrez là.jpg

Non, évidemment, rien de tout cela n'est satisfaisant. Mais en réalité, les ordres viennent du ministère. Et si le CA n'obéit pas, l'université sera mise sous tutelle ! C'est pourquoi voter pour les listes SUD étudiant c'est permettre au syndicat de d'alimenter la lutte en recueillant les informations qui passent dans les conseils pour alarmer les étudiants, et en développant un argumentaire pour dénoncer les logiques capitalistes au sein de l'université. Car au final, SEULE LA LUTTE PAIE !

Soutenir les luttes étudiantes, c'est soutenir un syndicat de lutte, et le seul syndicat membre d'une union syndicale interprofessionnelle : l'US Solidaires. VOTEZ SUD ETUDIANT !

 

logo_solidaires_grand.gif

Teddy Francisot

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu