Avertir le modérateur

05/03/2010

Elections étudiantes : Votez SUD étudiant !

Ce mois-ci, il y aura deux sortes d'élections étudiantes : les élections universitaires (conseils d'administration, conseil des études et de la vie universitaire, etc... = conseils centraux ) les mardi 9 et mercredi 10 mars à Nantes, et les élections au CROUS (centre régional qui gère les RU et cafètes, les logements universitaires, les bourses etc...) le jeudi 25 mars.

Aux conseils centraux, on valide les maquettes d'enseignement préparés par les UFR (les différentes facultés), on vote le budget à partir duquel on peut lancer des initiatives pour améliorer le quotidien des étudiants (une cafète en plus, des fonds pour les assos etc...). Mais, concernant les maquettes, l'université propose et le ministère dispose. Et il est évident qu'il est opéré un contrôle idéologique marqué par le culte de l'entreprise. C'est d'ailleurs pourquoi le ministère impose le filtre des intervenants extérieurs (souvent des représentants du patronat) au sein de ces conseils. Bien souvent, et vu ce que les représentants étudiants représentent, si le conseil adopte des mesures en faveur des étudiants, ce sera bien malgré eux. Et même si, franchement, ils sont à l'initiative, ce sera toujours dérisoire par rapport à ce qu'on est en droit d'attendre de l'université.

logo sud couleur.jpgSUD étudiant a une haute idée de ce que devrait être le statut d'étudiant. On ne cherche pas simplement à plaire à la majorité des étudiants. Il s'agit de donner un sens au service public de l'enseignement supérieur. Est-ce que c'est normal que quand on valide sa L1 à Rennes, on ne puisse pas passer automatiquement en L2 à Nantes, sans passer par des pseudos équivalences ? Est-ce que c'est normal que pour les étudiants étrangers, une carte d'étudiant ne vaille pas titre de séjour ? Est-ce que c'est normal qu'à Paris-Dauphine l'accès au master soit entre 2500 et 4000€, et que tous les services publics, dont l'université ne soient pas gratuits (la question de l'augmentation des revenus est forcément moins centrale lorsque les services publics sont gratuits) ? Est-ce que c'est normal que l'accès à l'université ne soit pas ouvert aux non-bacheliers alors que la réussite ne dépend absolument pas du Bac ? Est-ce que c'est normal que chaque année la sécu étudiante soit plus cher mais qu'on soit de plus en plus déremboursés ? Est-ce que c'est normal que l'Etat se désengage financièrement, supprime des postes et procède à la privatisation de l'université ?

ouvrez là.jpg

Non, évidemment, rien de tout cela n'est satisfaisant. Mais en réalité, les ordres viennent du ministère. Et si le CA n'obéit pas, l'université sera mise sous tutelle ! C'est pourquoi voter pour les listes SUD étudiant c'est permettre au syndicat de d'alimenter la lutte en recueillant les informations qui passent dans les conseils pour alarmer les étudiants, et en développant un argumentaire pour dénoncer les logiques capitalistes au sein de l'université. Car au final, SEULE LA LUTTE PAIE !

Soutenir les luttes étudiantes, c'est soutenir un syndicat de lutte, et le seul syndicat membre d'une union syndicale interprofessionnelle : l'US Solidaires. VOTEZ SUD ETUDIANT !

 

logo_solidaires_grand.gif

Teddy Francisot

08/12/2009

Le plus anticapitaliste, c'est moi.

La IVème internatiomarx 2010 attacks.jpgnale n'a pas hésité à dire du Front de gauche qu'il est de "droite" et affirme qu'un accord avec ses membres (PCF, PG, GU) conduit le NPA à se droitiser et à fouler au pied ses idéaux révolutionnaires. J'imagine qu'ils doivent se réjouir que 64% du parti soit opposé aux listes unitaires en l'état. Même si ça va du refus de principe jusqu'à l'acceptation à la condition que le front de gauche s'aligne sur les positions du NPA. Pour moi, de l'un à l'autre, c'est "plus anticapitaliste que moi, tu meurs". Mais 64% n'est pas 100%. Tel que le NPA n'est pas LO.

Des irréductibles du NPA ont fait le choix de l'ouverture, et leur persévérence leur donne droit à une petite récompense : aucune majorité claire ne s'étant dégagée entre les motions A, B et C lors de la consultation nationale, ils auront le droit de faire des listes unitaires aux élections régionales partout où ils sont majoritaires. Ça représente environ un tiers des régions métropolitaines. Soit 7 ou 8. Et vraissemblablement, l'Auvergne, le Languedoc-Roussillon, la Basse Normandie, la Lorraine, le Limousin, la Bretagne, les Pays de Loire (youpi !!!) et l'Ile de France devraient en faire partie.  Mais pour la région parisienne, pas sûr que la direction trotskyste laisse échapper cette importante région aux unitaires... Même si pour ça, il faut passer outre le vote des militants (mais c'est pas ça qui fera peur aux trostkos).

Pour autant, le fait qu'il n'y ait pas de majorité claire au NPA suggère une dispersion de ses militants. On a l'impression que le NPA devient un peu un grand bazard ou chacun fait ce qu'il lui plait. Un parti qui a grandi aussi vite est forcément confronté à de telles difficultés au bout d'un moment. Les nouveaux militants qui veulent redéfinir les lignes sont freinés par la vieille garde qui tient à ses habitudes. En de telles situations, seul le compromis permet de garder tous les fruits dans le même paniers. Les unitaires ne vivront plus la frustration des européennes, et les sectaires ne seront pas forcés de faire liste commune avec les antilibéraux. Et les conseillers politiques nationaux devront faire avec.

Il va être intéressant d'observer le résultat des différentes initiatives sur le plan électoral. Va-t-on gagner des points ? Des élus ? Et par la suite, les luttes locales trouveront-elle plus facilement une voix dans les conseils régionaux ? Des éléments de notre programme pourront-ils plus facilement être discutés ? Dans tous les cas, ce sera pour le parti une véritable expérience dont de grands enseignements pourront être tirés. Et ça, pour développer le parti, c'est indispensable.

teddy francisot.

28/06/2009

Une nouvelle séquence politique

Toaix à gauche.jpgut le monde s'en fait l'écho à gauche. La presse l'a repris comme il se doit sans autre précision : le NPA appelle à une alliance à gauche (hors parti socialtriste) pour les régionales 2010.

Voilà un projet enthousiasmant qui promet de belles aventures à gauche. On se prend déjà à rêver de dépasser le PS dans certaines régions. Les partis qui avaient coutume de s'allier avec le PS au premier tour choisiront, cette fois, de s'allier avec des antilibéraux et anticapitalistes. Quoi de mieux pour annoncer une nouvelle séquence politique ? (c'est le mot à la mode en ce moment).

S'imagine-t-on quand même que ça fait depuis 2005 qu'on essaie de trouver des accords unitaires, de faire des alliances à tout bout le champs, pour dépasser le PS et exercer le pouvoir politique dans l'intérêt des travailleurs. Au niveau local, les premières étapes ont été franchies. Dans plusieurs circonscriptions de différentes élections, des alliances ont eu lieu. Clermont-Ferrand est d'ailleurs célèbre pour nous montrer l'exemple de ce point de vue là. Mais le mouvement unitaire, voire unitariste, a aussi gagné Anduze, ou les unitaires sont allé au second tour des cantonales devant le PS, un "divers gauche" et le Front de gauche (PCF). Elle a d'ailleurs été soutenue dès le premier tour par les Verts qui ont salué une "authentique écologiste", ainsi que la Fédération (union unitariste issue des collectifs antilibéraux), les Alternatifs (rouge et verts), et le NPA. Les mêmes expériences se construisent à Mantes-la-jolie (ou les Verts sont aussi de la partie) et à Aix-en provence.

Puisque je vous dis qu'une nouvelle séquence politique s'annonce !

Un bémol : le NPA assortie ces accords d'une exclusion catégorique de toute cogestion des éxécutifs avec le PS. Je suis totalement d'accord avec cette position. C'est quand même un principe de base que de ne pas cogérer la misère avec ceux qui en sont les responsables ! Mais là ou ça me fait tiquer, c'est lorsqu'il enjoint les autres partenaire de gauche à en faire de même sous peine de rejeter l'alliance. Là, je me demande "qui est le NPA pour dire aux autes ce qu'ils doivent faire ou pas ?" C'est quand même culotté ! On peut se mettre d'accord entre-nous, entre camarades du même parti pour tenir cette position. Mais si d'autres camarades d'autres partis considèrent que l'on peut agir dans l'intérêt des travailleurs en exerçant une responsabilité au sein de l'éxécutif, ça ne nous forcera pas à voter des subventions aux entreprises qui licencient. En tant que militants NPA, on conserve toute notre liberté. Oui, c'est vrai que ça me ferait un grand plaisir de voir les partenaires de gauche refuser la cogestion, mais de là à en faire en faire un critère déterminant, je trouve ça un peu exagéré.

Mais bon, pour l'instant, c'est ce CPN mal élu qui prend les décisions. Gageons que l'unitarisme le gagne en attendant de le changer.

Teddy Francisot

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu