Avertir le modérateur

31/10/2010

Retour sur les régionales 2010

Voilà une vidéo de 54 minutes dans laquelle je suis interviewé par des étudiants à propos des régionales qui ont eu lieu au premier semestre 2010. C'est seulement maintenant que je la retrouve. Et c'est donc seulement maintenant que je la partage.

 

21/04/2010

Un petit tour et puis s'en vont...

J'ai déjà eu l'occasion de chier dans la bouche du trotkard dans un de mes premiers articles. C'était le 11 juin 2009. Et aujourd'hui, force est de constater que ça pue encore lorsqu'ils s'expriment : "le PCF est allé dans les exécutifs régionaux, alors que, nous, on ne voulait pas", "l'affaire du voile nous a divisé, déstabilisé et a éloigné les électeurs et électrices de nos listes", "y a-t-il eu trop d'unité ou pas assez d'unité" (non, mais ça, c'est parce qu'ils sont aveugles, et n'ont pas vu que l'unité ne s'est faite que dans 8 régions sur 22)...

Dégoutés par l'odeur, 10% du CPN (conseil politique national) a pris la poudre d'escampette : tout va bien, Madame la marquise. L'important, c'est d'avoir raison !

crise du NPA.jpg

Dans son blog, le grand Raoul-Marc Jennar, politologue, donne une analyse politique de ces départs :

Alors que l'objectif était de créer un parti de masse, ouvert et prompt à faire l'union avec la gauche antilibérale et anticapitaliste, la ligne politique du NPA est inchangé par rapport à celle de la LCR : il s'agit d'une démarche solitaire, d’une avant-garde qui agit conformément à la tradition sectaire d’une faction de l’extrême-gauche. Ce faisant, je me suis aveuglé sur les intentions réelles des initiateurs du projet NPA.

L’écologie comme outil d’analyse du capitalisme et alternative politique ait jamais été intégrée sérieusement dans la démarche et le discours du NPA ainsi que cela a été déploré à maintes reprises et, récemment encore, par la commission écologie elle-même ; Pas une seule réunion du Comité exécutif n’a été consacrée aux questions de libertés, de démocratie et d'institutions alors que des mutations sont en court au niveau européens, au niveau national avec la décentralisation, et de part la récente réforme des collectivités territoriales et la suppression de la taxe professionnelle. Les effets du capitalisme ne sont pris qu'au seul niveau de leur impact social.

J'ai cru que le NPA serait un prolongement politique du travail d'analyse et d'éducation populaire du courant altermondialiste, mais j'étais plus efficace dans mon travail d'analyse en étant libre de toute attache.

Pour voir l'interview à laquelle il répond, vous êtres libre de cliquer ici. Pour l'annonce de sa démission, c'est ici.

De là à dire que les cadres de la LCR se sont servi des nouveaux militants NPA comme de marionnettes pour créer l'illusion de l'ouverture, il n'y a qu'un pas ; que je ne franchirais, par principe, qu'après le congrès de novembre. En attendant, il faut continuer à se battre pour le rassemblement de la gauche radicale au niveau national. C'est l'objet d'un récent appel au "Front Populaire Anticapitaliste" lancé par les trois seules régions où le rassemblement a eu lieu.

front populaire anticapitaliste.jpg

 

 

 

Pour voir et, éventuellement, signer l'appel

vous pouvez cliquer sur le logo =>

 

 

 

 

Teddy Francisot.

11/03/2010

Elections régionales : votez La Gauche Vraiment !

Ce dimanche 14 mars, aura lieu les élections régionales. Et le Pays de Loire est l'une des trois régions ou la gauche antilibérale et anticapitaliste sont unis dans cette campagne.

bandeau multiparti.jpgSur l'échiquier électoral, il y a, à gauche, trois pôles qui aspirent à l'hégémonie. Le PS, les Verts, et la gauche radicale. Et concernant la gauche radicale, la première étape pour pouvoir aspirer à cette hégémonie, c'est de s'unir. Ce qui n'est pas chose aisée entre le PCF et le NPA, notamment en raison de querelles historiques d'une partie des militants. Cependant, au prix de discussions très nombreuses et de compromis importants en Pays de Loire (PCF anti-aéroport ; NPA n'intègre pas l'exécutif, mais accepte de faire union avec ceux qui le feront), l'unité a pu se faire. Et voter pour cette liste (tous ensemble, la gauche vraiment), c'est marquer son soutien à l'unité.

Au second tour, il y aura une fusion technique avec la liste du PS. Dépasser les cinq pourcent nous permet d'avoir des élus au conseil régional. Mais uniquement si nous fusionnons avec une liste qui a obtenu plus de 10%. Notre représentation sera proportionnelle aux voix récoltées. Mais la fusion technique se différencie de la fusion politique car les élus de la liste n'intégrerons pas l'exécutif dominé par le PS (C'est certain pour le NPA, mais ça l'est moins pour le PG, les Alernatifs et le PCF). Le NPA estime qu'on peut faire fléchir le PS en faisant le relais entre les luttes de classe et les interventions en tribune, alors que d'autres estiment qu'on peut les faire fléchir en débattant au sein des exécutifs (les deux ont des exemples équivalents dans les différentes régions, notamment sur la gratuité des transports). Au NPA, il n'est pas question de partager le bilan d'une mandature avec le PS.

bandeau la gauche vraiment.jpgAu final, il s'agit de montrer qu'une autre politique est possible que celle menée par le PS et la droite. Donner plus de subventions à n'importe quelles entreprises ne protègera pas l'emploi. Les entreprises qui s'implantent sur la région le font d'abord pour des raisons matérielles. Donner plus de subventions aux écoles privées prive les écoles publics de personnels et de matériels et les empêche de garantir l'égalité. Ca empêche notamment la construction d'un lycée public à Beaupréau, obligeant ainsi la population à inscrire leurs enfants dans le privé, ou dans un établissement publics à plusieurs dizaines de kms. Cet argent en moins pour les entreprises (et pour l'aéroport NDDL qu'on ne construirait pas) permet de récupérer des fonds pour financer les grèves des travailleurs en lutte, la gratuité pour une partie de la population dans les transports publics, l'aide publique aux associations et aux artisans et petit commerçants qui font vivre les quartiers... C'est pas grand chose, puisque c'est équivalent aux compétences des régions, mais c'est déjà pas mal. Voter pour la liste, c'est soutenir ce projet alternatif qui, même s'il ne sera pas appliqué, puisqu'on gagnera pas, mérite d'être soutenu.

En résumé :

1) En attendant la révolution (pour laquelle on continue à préparer le terrain dans nos syndicats), mieux vaut que ce soit la gauche qui gouverne

2) Comme le parti socialiste est de droite, c'est mieux que ce soit une gauche de gauche qui gouverne

3) Voter "Tous Ensemble, La Gauche Vraiment", c'est appeler à l'union des partis antilibéraux et anticapitalistes pour dépasser l'hégémonie du PS chez les électeurs de gauche

4) Comme nous ne sommes unis que dans 3 région, les résultats de la liste en Pays de Loire vont être observés à la loupe. Donc, il faut montrer à toutes les orgas que c'est ensemble qu'on y arrivera.

VOTEZ TOUS ENSEMBLE LA GAUCHE VRAIMENT !

 

Teddy Francisot.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu