Avertir le modérateur

06/11/2012

Vive la sécu !

Une chouette idée du gouvernement PS : invoquer la compétitivité pour réduire les charges sociales. Et voilà comment ils inventèrent l'eau chaude...

A chaque fois que les libéraux parlent de charges sociales, ils parlent du salaire socialisé. Il s'agit des cotisations maladie, vieillesse, allocations, accidents du travail, etc... qui font la différence entre le salaire brut et le salaire net. C'est une assurance sociale à laquelle nous et les patrons souscrivont obligatoirement pour être sûr de pouvoir faire face aux difficultés qu'on peut rencontrer dans la vie.

Aujourd'hui, ils veulent réduire les cotisations patronales. Et lorsque demain ils diront que les pensions de retraite doivent être réduites (ou que nous devons travailler plus), que les médicaments doivent être déremboursés et que nos consultations doivent être soumises à des franchises médicales, sous prétexte "qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses de sécu", il faudra leur rappeler que ce sont eux qui ont volontairement vidé ces caisses en faisant des cadeaux aux patrons. Sur cette question, la différence entre la droite et le PS est infime.

La compétitivité des entreprises française n'est pas en cause.

Notre niveau de revenu n'est pas comparable à celui des pays en voie de développement. Toutes les cotisations sociales pourraient être supprimées que ça ne suffirait pas pour ramener le prix d'un travailleur français à celui d'un travailleurs chinois. Et prendre le problème par ce bout là revient à ignorer l'objectif principal des libéraux : les gains financiers résultants de ce hold-up ne servent pas à investir (il y a bien longtemps que nos entreprises ont cessé de le faire, et nous le paieront plus tard), ni à réduire les coûts, mais à assurer aux actionnaires des rendements à deux chiffres.

C'est à ce système là, le système financier, qu'il faut s'attaquer,

pas au système de sécurité sociale !

Rappelons aussi au PS, puisqu'ils l'a visiblement oublié, que ces acquis justifiés ont été obtenus de haute lutte par nos ayeux (y compris les leur) et que les défendre et les étendre est l'ambition essentielle du courant progressiste. A eux de savoir s'ils en font encore partie ou pas.

Moi je sais.

sécurité sociale,charges sociales,ps,solidarité

Chiffres 2007. N'abandonnons pas nos droits. Luttons.

 

Teddy FRANCISOT

17/05/2011

Dédicace à DSK !

12/06/2009

Un racisme qui passe inaperçu

A-t-on jamais vu quelqu'un se plaindre que des gens qui n'étaient pas des "blancs, des whites, des blancos..." dégradaient l'image d'une ville ?

Mesdames et messieurs qui ne correspondez pas aux critères, sachez que vous êtes des ordures ! Heureusement, il existe des produits qui vous permettent de remédier à ce problème de société.

éclaircir sa peau.jpg

Des fabricants de cosmétiques fabriquent depuis des années des produits éclaircissant la peau pour donner au client une peau plus brillante, débarassée des impuretés et autres pigments disgrâcieux.

Manuel Valls, le socialaud du moment, semble faire la promotion de ces produits auprès de ses habitants Evryens lorsqu'il se plaint que ces gens, tous aussi peau rouge les uns que les autres, donnent une mauvaise image de la ville. Ce maire, donc, adulé par l'extrême droite et prisé par la droite selon la logique infaillible et fielkenkrautienne du "ne pas laisser à l'extrême droite le monopole de la vérité", est connu depuis longtemps pour ses envolées simplistes sur les thèmes liés à l'insécurité matérielle et physique. Cette fois, il a franchit une nouvelle étape.

Le nom qui me vient tout de suite à l'esprit est "Georges Frêches". Voilà un bon socialauds qui, lui, a été réprimendé par le PS (une méchante tape sur le dos de la main) pour s'être plaint du manque de blancs dans l'équipe de France, affirmant que c'était "une honte". Notre bon Manuel n'a pas eu le courage d'employer ce mot là ! Il a joué la simplicité en parlant de l'image de la ville, de la diversité, du mélange et autres figures de réthorique vaseuses. Aurait-il appris la leçon enseignée par l'affaire "Frêches" : toujours dissimuler ce qu'on pense dans un verbiage abracadabrantesque ? Ce n'est pas pour dire qu'ils nous font chier avec "leurs bruits et leurs odeurs, ces indigènes polygames qui sucrent les allocs de nos bon contribuables" ("et font de la brocante...") mais presque.

Mais que fait le parti socialtriste ? Pas de commission disciplinaire, comme pour Georges ? Même pas une réprimende de la cheftaine ou une petite pique d'un "leader" ? Ne me dites pas qu'ils sont trop préoccupés par leur échec aux européennes (à moins que ce ne soit par l'affaire Julien Dray). Lorsqu'il s'agit d'un sujet aussi grave, on a quand même le temps de réagir et de condamner ces propos scandaleux ! Sauf si l'on souhaite s'approprier le propos pour veiller à ne pas paraître "trop angélique".

Quant à moi, je lui répond sans retenue : Manuel Valls, Pétain le Maréchal t'attend dans son cimetière de l'Ile d'Yeu, en Vendée. Tu sais ? Là ou il y a ton frère d'arme, Philippe De Villiers... D'ailleurs à quand la prochaine étape ? J'attend avec impatience que tu nous parle de l'islamisation d'Evry !

 

Manuel Valls aimerait plus de "blancs" à Evry

 

Teddy Francisot.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu